Désert de Gobi

a25
Les habitants de la province de l’Omnogobi ou du Gobi du Sud sont très fiers de leur terre qui s'étend sur près de 2000 km à travers le tiers inférieur de la Mongolie - et pour beaucoup de bonnes raisons! Plus de 250 espèces de plantes poussent dans la province y compris les plantes médicinales et des herbes telles que l’astragale, la gentiane, la nitracia saveur, le cynomorium, l’agriophyllium, et des arbres tels que l’oleaster saksaul,, le populus diversifolia et l'orme. Parmi les animaux rares, on retrouve des chevaux sauvages, mouflons, bouquetins, des chameaux sauvages, des antilopes à queue noire, des antilopes blanches, des lynx, des renards, des lapins et des blaireaux.

Si la plus grande province du pays a une densité de population de 0,3 personnes au km carré, elle abrite un quart ou 93.000 chameaux de Bactriane domestiqués.
Bayanzag
a18
En 1921, le paléontologue américain Roy Andrews Chapman y a découvert les œufs de dinosaures et a mis par la même la Mongolie sur le carte des d'explorateurs et aventuriers.
Originalement un ancien fond marin, la province de l’Omnogobi compte d’innombrables trésors datant de la fin du Crétacé et localisés dans les falaises de Bayanzag, roches orange et rouge semblant briller au soleil couchant.
Il est également possible de trouver d’autres fossiles de dinosaures sur les sites de Nemegt, Altan Uul, Bugiin tsav, et Gurillin tsav. Beaucoup de squelettes de dinosaures uniques tels que «Les deux dinosaures combat" (Veloceraptor et Protoceratops), «L’embryon de l’Oviraptorsaur » ou «l’enfant du Protoceratops» et des oeufs de dinosaures ont été trouvées ici et sont actuellement exposés au Musée d'histoire naturelle à Oulan-Bator.
Les dunes de Khongor
a3
Les dunes de Khongor s’étendent sur plus de 100 km de long
Les dunes de sables Khongoriin Els ou les dunes chantantes s’étendent sur plus de 100 Km et peuvent atteindre 300 m de haut et ainsi créer la plus grande accumulation de sable du Gobi. Elles ont valu à la région de gagner le prix 2008 de la meilleure destination Aventure décerné par le magazine National Geographic.
Le Parc National du canyon de Yoliin Am ou le Canyon au Gypète barbu a été créé pour préserver l'avifaune régionale. Il est devenu une des destinations phares en Mogolie en raison de son paysage naturel spectaculaire et atypique formé par une gorge profonde traversant une montagne, avec en son fond une couche épaisse de glace toute l’année.
Le parc national Gobi Gurvan Saikhan du nom de la montagne Gurvansaikhan (Les Trois beautés du Gobi) a été créé en 1993 et s'étend sur 27.000 kilomètres carrés ce qui en fait le plus grand parc national dans le pays. Le Parc National protège une grande partie du désert de Gobi et offre un dernier refuge pour les représentants de l'ancienne faune terrestre d’Asie centrale, avec plus de 620 espèces de plantes à fleurs dont 38 espèces endémiques. Egalement 52 espèces de mammifères vivent dans la région dont huit classée dans le livre rouge Mongol comme en voie de disparition. Plus de 240 espèces d'oiseaux sont également présents dans la zone, y compris 34 espèces résidentes, 99 espèces nicheuses et 70 migrantes. Le parc abonde d’animaux sauvages tels que le léopard des neiges, Ibex, Argali, ânes sauvages, gazelles, différentes espèces de vautours, marmottes, pika du nord, divers lézards, lynx et Mazaalai, l'ours du Gobi.
Le festival des «Dix mille chameaux" est organisé chaque année au cours du mois de la Lune Blance (Février) par des résidents du campement de Mandal-Ovoo aussi connu sous le nom Sharkhulsan où les troupeaux de chameaux peuvent atteindre 14,000 têtes. Pendant le festival, une course de chameaux se déroule dans le désert de Gobi sur 18km.
Le lac Khuvsgul
tour6
Le majestueux lac Khuvsgul à l’eau cristalline contient 65% des réserves d’eau douce de la Mongolie et 1% des réserves du monde. Neuf espèces de poissons peuplent le lac, y compris les ombres de Sibérie et la truite lenok. À proximité les forêts, la taïga, la steppe, les montagnes et le lac lui-même constituent un habitat pour 68 espèces de mammifères, y compris le mouflon, le bouquetin, cerf, le renne, le cerf musqué, l'ours brun, le lynx, la martre, le castor, le loup et l'orignal, pour 244 espèces d'oiseaux, 9 espèces de poissons et 750 espèces de plantes, dont 60 ayant des vertus médicinales.
Les eleveurs de rennes
Le Khuvsgul est également la terre des éleveurs de rennes Tsaatan, un sous groupe ethnique de la branche turcophones touva ou Dukha. Ce petit groupe de 42 familles possède une culture sociale et un mode de vie qui est resté inchangé depuis l'époque glaciaire. Rituels chamanistes ou totémique et symbolique sont au cœur de l'organisation sociale des Tsaatan. Les rituels de guérison chamanique utilisent les plantes médicinales rares et les animaux de la région. Les Tsaatans sont un groupe nomadique intéressant du point de vue ethnographique que l’on trouve sur le continent Eurasiatique. Leur mode de vie est à la fois l’ancêtre des cultures pastorales nomades en Asie Centrale et la réminiscence d’un mode de vie qui s’était répandue dans toute l’Europe, l’Asie et l’amérique du Nord il y a 10,000 ans. Les Darkhad et le peuple Touva ont coexisté pacifiquement avec les éleveurs de rennes Tsaatan et partagent le respect pour le lac Khuvsgul, leur mère, qui a assuré leur subsistance depuis des siècles.
La région est une destination parfaite pour se reposer ou avoir des activités sportives tells le kayak, le canoë, la randonnée, le trekking, la pêche sportive et l'ornithologie.

Le Parc National de Terelj
tt3
Le parc National de Terelj est la destination la plus populaire de Mongolie et la troisième plus grande zone protégée du Pays. Les visiteurs peuvent flâner tranquillement sur les prairies tapissées d'edelweiss et d'autres fleurs sauvages. La vue sur les formations rocheuses sur fond de montagnes couvertes de pins est fascinante. De belles randonnées le long des rives boisées d'un ruisseau de montagne sont possibles.
Le parc est situe à 80 kilomètres de Oulan-Bator et est l'un des plus beaux endroits de la Mongolie. Un grand nombre d'activités d'aventure comme le rafting, l'équitation, la randonnée, le ski, l’escalade, le camping et le vélo de montagne est possible.
Aujourd’hui l’entrée du parc est un peu trop aménagée, mais il ne faut pas faire beaucoup d’effort pour s’éloigner des sentiers battus. A noter que les parties reculées du parc comptent parmi les lus sauvages du pays. La faune y est abondante et on peut voir des cerfs, ours, renards ou encore des loups.
Karakorum et le monastère d'Erdene Zuu
kharhorin
L’ancienne capitale de la Mongolie, Karakorum (orthographié également Kharkhorin) et le monastère Erdenezuu avec ses 108 stupas sont sans aucun doute des sites d’un grand intérêt pour le voyageur. Situé à 370 km d’Oulan-Bator, Karakorum 0 une altitude de 1600 mètres.
Cité légendaire de Gengis Khan, Karakorum a été fondée en 1220 dans la vallée de l'Orkhon, au carrefour de la Route de la Soie. La construction de la ville a été achevée par le fils de Gengis Khan, Ögödei Khan, après la mort de celui-ci. Karakorum a servi de capitale seulement pour 40 ans avant de Kublai Khan ne décide de relocaliser la capitale des Mongols à Beijing. Suite à ce déménagement, et à l'effondrement de l'empire mongol, Karakorum a été abandonnée et, plus tard, détruite par les hordes de soldats mandchous.
Les ruines symboliques de mur monumental de Karakorum (400 m de longueur) avec 108 stupas, entourent le premier monastère bouddhiste de Mongolie, le monastère d’Erdene zuu, construit en 1586. En 1792, il abritait 62 temples et 10.000 lamas. Il a ensuite été gravement endommagé pendant les purges staliniennes des années 1930. Après le mouvement démocratique en 1990, Erdene Zuu est redevenu un monastère actif. Des tortues sculptées dans la pierre marquent les limites du complexe. Aujourd'hui, il a retrouvé de son lustre d'antan. Enfermé dans une enceinte par des murailles immenses, les 3 temples à l'intérieur sont dédiés aux 3 étapes de la vie de Bouddha: l’enfance, l’adolescence et la vie adulte. Le temple principal, situé au centre, se nomme le Zuu de Bouddha et contient des statues de Bouddha alors enfant. En dehors des murs du monastère, on peut admirer 2 "rochers tortues" parmi les quatres qui marquaient alors les limites de l'ancienne Karakorum.
La Vallée de l'Orkhon
a16
La vallée a été classée site naturel en raison de la richesse de sa faune et de sa flore, ainsi que pour ces nombreux vestiges historiques. Elle est extrêmement détrempée en été. De nombreuses rivières y prennent leurs sources. Parmi les cours d’eau qui traverse la vallée, l’Okhron est l’un des principaux. Il s’écoule sur 1124 km vers le Nord. Ses crues importantes sont une source continuelle de conversations, de croyances et de légendes.
Les chutes d’Ulaan Tsutgalan (ou de l’Orkhon)
a7
Il s'agit d'une chute d'eau d'une hauteur impressionnante de 25 mètres, localisée sur les cascades de la rivière Oulan, à 100 mètres de la rivière Orkhon. L'Orkhon coule à travers les roches de basalte depuis la chaîne de Montagne Gyatruu jusqu’à Karakoum. La cascade est un superbe endroit pour observer les oiseaux et pêcher.
Le monastère de Tovkhon
a12
Le monastère de Tovkhon se situe à une altitude de 2312 mètres, au sommet de la Montagne Sacrée Öndör Shireet. Il est entouré de roches et de forêts. Autrefois, il comptait 14 temples dont le premier fut construit au milieu du XVII° siècle pour Zanabazar lorsqu’il était âgé de 10 ans, une cellule lui était réservée dans laquelle il venait se recueillir. C’est dans cette petite cellule de pierre qu’il aurait composé l’alphabet Soyombo. L’ensemble du monastère fut construit en bois.
Il subsiste deux temples (dont le temple de Büteel) et deux stûpas de cette époque, les autres temples furent construit au XVIII° siècle. Le monastère a repris son activité en 1992. Il est enregistré au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1996.
Le Parc National de Khustai
a19
Les 90.000 hectares du Parc National de Hustain Huruu, situé à 95 Kilomètres au sud-ouest d'Oulan-Bator, abritent le seul cheval sauvage au monde survivant de manière naturelle. Les chevaux de Przewalski (ou takhi en mongol) avaient totalement disparu de la Mongolie dans les années 1920, suite aux parties de chasse intensives organisées par les Russes. Heureusement 15 avaient été capturés en 1900 et vivaient en captivité aux Pays-Bas. En 1945, on dénombrait 31 chevaux en captivité ; ces derniers sont les descendants directs des 1500 chevaux sauvages qui vivent aujourd'hui, et qui sont les derniers chevaux que l'homme n'a pas réussi à domestiquer. Il a un pelage jaune clair et une courte crinière noire rigide. Chaque cheval mesure en moyenne 250cm de long, 146cm au garrot et pèse 300 kg.
Hustai a paysage unique offrant les caractéristiques de la steppe de montagne et la steppe, il y a également des dunes de sable qui rappelle le Gobi et des zones humides à proximité de la rivière. On dénombre dans le parc national 450 espèces de plantes vasculaires, dont 200 ayant des vertus médicinales.
On y trouve également de nombreux vestiges historiques, notamment de nombreux monuments de l’époque Ungut. Parmi eux les célèbres statuts à tête d’homme datant 6 au 8ème siècle après JC et bien d'autres sépultures, tombes rectangulaires et ruines d’un ancien monastère.
Le monastère de Manzushir
a41
A une cinquantaine de kilomètres d’Ulaanbaatar et à 8 kilomètres de la ville Zuunmod, sur le versant sud du Mont Bogd . Ce monastère est didié au culte du moine qui est nommé en mongol le ‘Le dieu de la sagesse’. Ce monastère doté de 21 temples pour plus de 350 moines fut construit en 1733 et restauré en 1990.  Il y a un palais, Shar Khuree, dans ce monastère qui abritait le 8ème Bogdo Gegeen en 1920.
Les peintures rupestres des  Bouddhas , à coté du monastère, sont des temoignages exceptionnels de l’histoire et de la culture du pays. Ce site, composé de ruines du monastère et de rocher peints, est devenu un site protégé dès 1998. Il y avait un lac artificiel à 100 mètres au sud du temple de Tsogchin, on y voit encore le lit du ruisseau et du lac. Il y a un musée possédant des animaux à fourrure, empaillés et des objets artisanaux fabriqués en utilisant les matériaux naturels à disposition .
Non loin de ce musée , on note la présence d’un impressionnant chaudron en bronze datant de 1726, comportant des insriptions en mongol ancien, le diamètre du chaudron est de 215 cm, sa profondeur de 140 cm, sa contenance de 1800 litres et son poids de deux tonnes. On pouvait y mettre deux bœufs ou dix moutons et il fallait utiliser 4 chariots de bois pour les chauffer et nourrir ainsi 1000 personnes.
Le monastère d’Amarbayasgalant
a9
Le monastère d'Amarbayasgalant ou « monastère de félicité tranquille », est un des trois plus grands centres bouddhistes  de l'école Gelugpa du bouddhisme tibétain en Mongolie. Il est localisé près de la rivière Selenge dans la vallée d'Iven,  au pied du mont Buren-Khaan.
Construit entre 1727 et 1736, c'est un des rares monastères avoir échappé partiellement à la destruction de 1937, après quoi seuls les bâtiments de la section centrale sont demeurés. Les contenus entiers : le tankas, les statues et les manuscrits ont été pillés par les communistes ou cachés jusqu'à des temps plus cléments. Le travail de restauration a commencé en 1988 et certaines des nouvelles divinités ont été commandées à New Delhi en Inde.
Le monastère a été construit au début pour déposer les restes de Zanabazar, le premier Bogdo Gegen. Contrairement au monastère d'Erdene Zuu, qui est composé d'un ensemble de halls de temple de styles différents, Amarbayasgalant montre une grande unité stylistique. Le style général est chinois, avec des influences Mongole et tibétaine. Le plan général est symétrique et les bâtiments principaux se suivent l'un l'autre le long d'un axe nord-sud, et les bâtiments secondaires sont sur des axes latéraux parallèles.
Statue équestre de Gengis Khan (Mongolie)
 
Statue équestre de Gengis Khan
a42
La statue équestre de Gengis Khan, est une statue géante de 40 mètres de haut érigée en 2008, représentant   Chingis Khaan et située sur la rive de la rivière  Tuul à Tsonjin Boldog, à 54 km à l'est de la capitale d’Ulaanbaatar
La statue, en acier inoxydable, pèse quelque 250 tonnes.
Selon la légende, Genghis Khan a trouvé à cet endroit une cravache d'or. La statue est orientée à l'est, vers le lieu de naissance du conquérant, et se dresse au-dessus d'un centre d'accueil haut de dix mètres qui lui sert de socle, encerclé par 36 colonnes représentant les 36 khans, du premier, Gengis Khan, au dernier, Ligdan Khan. Il a été conçu par le sculpteur D. Erdenebileg et l'architecte J. Enkhjargal.
Les visiteurs, traversant la poitrine et le cou du cheval parviennent jusqu'à la tête du cheval, d'où ils ont une vue panoramique. Le site est entouré par un camp de 200 yourtes, disposées en forme de fer à cheval, animal utilisé par les tribus mongoles du XIIIe siècle.
Le musée attenant présente une exposition relative à l'âge du bronze et à la culture archéologique de Xiongnu en Mongolie, exposant des ustensiles usuels, des boucles de ceinture, des couteaux, des animaux sacrés, etc. Une seconde exposition est basée sur la grande période des Khans, des XIIIe et XIVe siècles avec des outils, des sujets d'orfèvrerie et des croix et des chapelets nestoriens. À côté du musée, un centre touristique et de loisirs couvre 212 hectares.
La province Khentii
a28
La province du Khentii est étroitement liée à l'histoire de la Mongolie et aux légendes qui n'ont pas manqué d'émailler la vie de Gengis Khan, le fameux fondateur du premier Etat unifié mongol, puisque c'est ici qu'il naquit en 1216. La petite ville de Dadal abritait autrefois l'un des trente-trois grands temples lamaïques mongols, consacré au célèbre conquérant. Comme beaucoup d'autres monastères et vestiges historiques, ils furent malheureusement détruits pendant les années 30, à l'arrivée des communistes.
Dans la région, vous visitez le lac de Gurvan Nuur, puis le mont sacré de Burkhan Kaldun. Bien que plusieurs hypothèses soit émises, certains disent que Gengis Khan y serait enterré. Quant au mont Kherlen Bayan Ulaan, il s'agirait en fait de l'ancienne Khödöö Aral, site de réalisation de l'Histoire Secrète, la plus grande chronique historique écrite par les Mongols, à l'époque du règne d'Ogedeï, fils de Gengis Khan. Le monument, érigé récemment en son honneur, à proximité des ruines d'Arung, son ancien palais, reprend d'ailleurs ses paroles : « Mon corps disparaîtra, mais notre Peuple demeurera éternellement». La région est aussi particulièrement riche en sites archéologiques antérieurs à cette période - tombes à dalles de la période hunnique, pétroglyphes du Mésolithique - ou postérieurs, comme les ruines d'un monastère de la période mandchoue, à Baldan Bereviin Khiid.